rejoignez-nous

Paroles de
producteurs

découvrez leurs histoires

«Pour réussir un pur jus, il n’y a pas de secret : tout réside dans le choix du fruit,
alors je goûte toutes nos matières premières afin d’être sûr d’avoir le meilleur !»

Yvann – responsable des achats et gourmand avant tout

La filière pruneau a connu des hauts et des bas au fil des années, avec des variations de prix importantes mais on a toujours pu compter sur Vitamont.

Vitamont

Bonjour Laurence Boquet,

Cela fait plus de 20 ans que vous travaillez avec la société Vitamont et que vous leur livrez vos fameux pruneaux d’Agen afin de produire leur 100% pur jus de pruneau. Racontez-nous vos débuts

Laurence Boquet

Tout a commencé en 1955, lorsque mon père plante ½ ha de pruniers conventionnel. Au fil du temps, l’exploitation se développe progressivement.

En 1969, avec l’arrivée de ce nouveau mode de production, mon père bascule tous ses pruniers en Agriculture Biologique. A l’époque, il produisait des pruneaux d’Agen qu’il vendait aux Comités d’entreprises, dans les magasins diététiques, et sur les foires bio.

En 1996, en pleine crise de surproduction, il faut trouver d’autres débouchés afin de vendre les stocks de l’année. Au détour d’une réunion du syndicat BIO, mes parents rencontrent Alain Brugalières, alors PDG de la société Vitamont. Il leur propose le rachat de leur surplus pour lancer du jus de pruneaux du Lot et Garonne.  Et c’est ainsi que s’est tissé un lien fort entre ces 2 entreprises 100% BIO. Tout naturellement, nous sommes devenus fournisseur officiel de pruneau d ‘Agen pour les jus Vitamont.

Vitamont a toujours soutenu Lou Prunel, c’est un vrai partenaire, il respecte ses engagements et accepte de payer le prix juste.

Vitamont

Et vous, comment êtes-vous arrivé là ?

Laurence Boquet

Après mes études et une escapade professionnelle à Paris, je retourne aux sources en 1998 où je seconde ma mère dans la gestion de la société. En 2002, elle part à la retraite et vend ses parts, et je reste salariée et associée.

 

Vitamont

Comment cultivez-vous vos pruniers ?

Laurence Boquet

Dans la bio, vous le savez, on travaille avec la nature et pas contre elle.

D’abord on retourne la terre régulièrement sur un mètre autour des arbres. Dans les allées centrales, on laisse enherbé afin de mieux maintenir le sol et de pouvoir circuler avec les tracteurs en minimisant les ornières. On sème de jolies fleurs blanches « les fèveroles ». Ces fleurs attirent les coccinelles qui vont se nourrir des pucerons nuisibles. On sème aussi quelques plantes fourragères afin d’améliorer la structure du sol, favoriser l’abondance de microorganismes et drainer le sol.

En fin de saison, on broie tout et on laisse sur place afin de produire de l’azote et enrichir la terre naturellement.

On peut aussi compter sur des abeilles pollinisatrices qui vont féconder les fleurs.

En prévention, on utilise de l’argile comme barrière protectrice. Elle va repousser les ravageurs comme le carpocapse (un ver qui se développe à l’intérieur du fruit). C’est aussi efficace pour diminuer les maladies.

Contrairement au conventionnel, ici on agit avant que les problèmes n’arrivent.

Vitamont

Quelle est la prochaine étape ?

Laurence Boquet

Nous envisageons d’être labelisés FAIR FOR LIFE, comme l’est déjà Vitamont. Ainsi nous pourrons proposer à nos clients des pruneaux BIO et EQUITABLES. Et ce n’est pas rien !

Vitamont

Pourquoi livrer vos pruneaux à Vitamont ?

Laurence Boquet

Ça tombe sous le sens !

Nos histoires sont tellement proches, cela s’est fait tout naturellement : nous sommes bio aussi depuis 1969, on est implanté à 17km, on a la même vision de la bio – rien ne se perd, tout se transforme- et on a grandi ensemble alors forcément ça rapproche !

Tiens, par exemple savez-vous que les déchets organiques de pruneaux non utilisés pour préparer le jus comme le noyau et une partie de la pulpe sont offerts par Vitamont à des agriculteurs ? Les noyaux servent de combustibles, tandis que la pulpe permet de nourrir des vaches BIO.

Voilà une belle boucle vertueuse !

 

Vitamont aime les partenariats qui ont du sens . En choisissant de travailler avec la filière ananas du Togo, et en mettant en place une labellisation Fair For Life,  Vitamont participe activement à la vie de plus de 400 petits producteurs d ‘ananas .

Vitamont

Bonjour Mr Cassin, vous vous occupez de la filière ananas, racontez-nous vos débuts 

Jean Pierre Cassin

Au départ, il y a l’entreprise Label D’or qui depuis plus de 10 ans produit et exporte de l’ananas frais BIO. En 2017, un nouveau projet est lancé avec la mise en place d’usine de transformation d’ananas financé grâce au fond solidaire Morenga Partnship et c’est la naissance d’une nouvelle entité : Jus Délice

Sur place une équipe de 10 personnes parfaitement formées gère toute la filière ananas :  de la culture jusqu’à l’expédition.

 

Vitamont

Comment se cultive l’ananas ?

Jean Pierre Cassin

L’ananas se cultive toute l’année, il n’y a pas de saison pour le planter et son cycle de vie s’étale sur 18 mois

On plante les rejets de 50 cm de haut. Il y a entre 40 000 à 50 000 pieds / ha soit une production de 40 tonnes à l’ hectare

Les ananas ne demandent aucune irrigation. On travaille avec plus de 400 paysans sur de toutes petites parcelles – autour de 0,3ha – Ils travaillent la terre manuellement avec la bêche et la sarcleuse et désherbent 3 à 4 fois durant le cycle de vie de l’ananas.

Le Togo a un climat idéal pour l’ananas qui évite de nombreuses maladies et parasites sur les plantations, aussi il n’y a pas besoin de traiter.

Lorsque les ananas sont à maturité, le service qualité prélève un échantillon, valide le mûrissement, la qualité gustative, l’acidité et le brix (taux de sucre) avant de donner un avis favorable pour le ramassage ou d’attendre une meilleure maturité.

Après la récolte, afin de se régénérer, les champs sont laissés en jachère ou servent à d’autres cultures complémentaires comme les légumineuses, les arachides, la luzerne ou le soja.

Sur place, l’entreprise a installé une station de compostage qui valorise les co-produits en séchant les feuilles de l’ananas au soleil pour les transformer en compost qui sera utilisé comme fertilisant au pieds des plants.

 

 

Vitamont

Comment avez-vous rencontré Vitamont ?

Jean Pierre Cassin

C’est un opérateur de référence et c’est celui qui a le plus large choix de jus !

C’est une belle collaboration que nous débutons.

D’abord, Vitamont nous a offert l’opportunité de développer nos ventes d’ananas BIO mais surtout nous avons décidé de mettre en place ensemble une certification Fair For Life. Cette certification a de nombreux avantages pour nous. Cela débouche sur un contrat :

  • sur plusieurs années : ce qui nous donne de la lisibilité
  • Sur la formation d’un prix juste qui rémunère les agriculteurs de manière convenable
  • Sur un volume ce qui permet d’organiser la production

Ce type de contrat permet aussi de verser en plus   10% du prix directement au producteur, ce qui permettra de financer des actions collectives

C’est une vraie démarche engagée, bio et équitable qui aide vraiment les paysans sur place et on est fiers d’y participer.

Vitamont

Quels sont vos projets pour aider les producteurs

Jean Pierre Cassin

Nous avons déjà fait installer l’eau au village cette année et nous réfléchissons à bâtir une école et à faire venir l’électricité. Voilà encore de beaux projets à faire vivre …

 

Aussi dans le jus d’ananas du Togo Vitamont, il y a un peu de tout ça !

 Retrouver le jus d’ananas du Togo ici

plantation de carottes
carotte de plein champs

Vitamont

Bonjour Mr Letard, Vous êtes ingénieur agronome et producteur de carottes, 

et Bonjour Mr Carle, Vous êtes opérateur en légumes BIO,

présentez-nous votre entreprise ?

Guillaume Letard

Nous sommes une entreprise familiale basée à Feuchy en Normandie. Nous avons 2 sites 100% Bio qui emploient près de 60 personnes. Nous sommes le point de contact entre les producteurs BIO de carottes, navets, oignons, choux et pomme de terre de notre territoire et le marché. Ils nous livrent leur production et nous nous chargeons de les mettre en marché après avoir vérifié la qualité, la taille, le poids … Nous avons une plateforme de stockage, une ligne de lavage et de conditionnement.

A ce jour, nous avons su fédérer sur notre région plus de 50 agriculteurs partenaires BIO.

Vitamont

Comment cela se passe dans les champs ?

Julien Carle

On sème d’avril à juin pour une récolte de mi-septembre à début décembre. Après ce n’est plus possible, car nous sommes dans une région où la terre est grasse et il est plus difficile d’aller dans les champs.

Vu qu’on est en BIO, on ne fait que du désherbage mécanique

1 mois avant de semer on prépare le sol avec des buttes, on laisse pousser les mauvaises herbes que l’on coupe mécaniquement puis  on sème les graines de carottes bio.

En général, nous n’avons pas besoin de traiter, car il y a peu de prédateurs ou de champignons qui attaquent les carottes. Cependant, si besoin on peut pulvériser des Huiles essentielles pour protéger les carottes contre un champignon blanc : l’ oïdium

En bio, tout a de l’importance, même le jour de la récolte !  on privilégie toujours un jour plutôt froid et humide car les carottes se conserve plus longtemps

On les tire par les fanes, et on évite de toucher la carotte elle-même. On laisse la terre autour avant de les mettre en pallox.

Elles sont lavées, triées et calibrées juste avant le départ de la commande pour conserver toute leur fraicheur.

Vitamont

Et notre collaboration ?

Guillaume Letard

On travaille ensemble depuis 2018. Nous vous avons sollicité. On était au bon endroit et au bon moment. En plus, je me souviens que vous aviez particulièrement apprécié la qualité de nos carottes, la rigueur de notre process qualité mais aussi notre rôle et nos engagements envers le monde agricole.

Après une année où l’on s’est découvert, tous les voyants étaient au verts pour qu’on travaille ensemble et qu’on mette en place un contrat tri annuel, c’est pour nous un très bonne  solution : ça nous sécurise sur le volume , c’est un bon débouché pour nos écarts de trie ( co-produit)  et le prix fixé est valable 3 ans. Nous pouvons à notre tour proposer à nos agriculteurs ce type de contrat. Et ils  s’en plaignent pas !

 

Vitamont

Parlez-nous de vos engagements RSE

Guillaume Letard

On soutient l’agriculture locale bio, en travaillant avec plus de 50 agriculteurs. On a à cœur d’employés une main d’œuvre locale, même nos transporteurs sont de petites entreprises locales.

Nous avons aussi une politique de réduction des déchets et de valorisation des co-produits. Par exemple, pour offrons aux éleveurs bio les légumes déclassés pour alimentation de leur bétail bio

Nous avons aussi un lavoir qui fonctionne en circuit fermé et qui permet une réutilisation d’eau. Nous utilisons le principe de la décantation

Afin de réduite la pénibilité du travail de désherbage manuel, nous avons mis en place des plateaux de désherbage allongé.

Enfin, chaque semaine, nous offrons à la banque alimentaire 2 palettes de légumes frais.

Vitamont

Vous avez des projets ?

Guillaume Letard

Oui, bien sûr, nous sommes en cours de réflexion sur un projet de Méthanisation, mais il est trop tôt pour que j’ en dise plus  …

Retrouvez les carottes de Mr Carle dans le jus de carottes de Normandie Vitamont en cliquant ici

« Afin de garantir la meilleure qualité de fruits et légumes, il est primordial de mettre en place des filières éco-responsables avec des agriculteurs locaux, régionaux ou plus lointains.»

Eric Bocquier
Directeur général